laboratoire protection de l'enfance

A l’initiative du Président de la République française, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le Secrétariat d’Etat à l’Enfance ont réuni les principaux acteurs du numérique pour la création d’un Laboratoire de la Protection de l’Enfance. 

Dans ce contexte, ce jeudi 10 novembre une table ronde de haut niveau sur la protection de l’enfance en ligne dirigée par le Président Emmanuel Macron, en présence de Mme Charlotte Caubel, Secrétaire d’État chargée de l’Enfance et de M. Jean-Noël Barrot, Ministre délégué chargé de la transition numérique et des télécommunications, a eu lieu entre le gouvernement, des membres de l’Industrie (y compris Google, Meta, Snapchat, Twitter, TikTok et Microsoft) et les ONGs Point de Contact, WeProtect Global Alliance, e-Enfance et Save the Children.

Ce nouveau Laboratoire a vocation à impliquer à l’échelle internationale

Inspiré du modèle de coopération de l’Appel de Christchurch, ce nouveau Laboratoire a vocation à impliquer à l’échelle internationale la société civile, les entreprises et les gouvernements. Il aura comme objectif d’évaluer de manière factuelle les initiatives visant à mieux protéger les enfants dans l’espace numérique.

Dans un esprit de synergie, les membres du Laboratoire s’engagent à partager leurs connaissances et expertises variées pour identifier les bonnes pratiques et développer des nouveaux projets, afin d’évoluer vers des politiques plus efficaces.

lutte contre la diffusion de contenus intimes impliquant les mineurs

Experte dans la lutte contre les contenus illicites en ligne et notamment les violences sexuelles sur mineurs, la plateforme Point de Contact souhaite valoriser cette initiative et placer au cœur des préoccupations l’importance de la lutte contre la diffusion de contenus intimes impliquant les mineurs.

La plateforme et ses partenaires ont constaté ces deux dernières années une forte augmentation des signalements de ce type de contenus. Un attention particulière doit être portée aux graves conséquences psychologiques que la diffusion de tels contenus peut entraîner sur les victimes.

« Diffuser des contenus intimes d’un mineur est une violation grave »

Pour faire face à ces cyberviolences, l’amélioration de la prise en charge des victimes ainsi que l’implémentation de technologies pour mieux identifier ce type de contenus afin de permettre un retrait plus rapide sont indispensables.

Jean-Christophe Le Toquin, Président de Point de Contact : “Diffuser des contenus intimes d’un mineur est une violation grave, et c’est un phénomène encore mal apprécié alors qu’il touche potentiellement toutes les familles. On peut agir efficacement, mais il faut s’organiser collectivement. Le Laboratoire peut vraiment être la bonne initiative pour ce type de phénomènes.”

La lutte contre les cyberviolences nécessite une coopération internationale et multisectorielle. Point de Contact souhaite associer ses partenaires (les hotlines du réseau INHOPE y compris KCSC, eSafety Commission, NCMEC et IWF) à l’initiative du Laboratoire.

Cette réunion a été organisée dans le cadre de la 5ème édition du Forum de Paris pour la Paix.

Contact presse: presse@pointdecontact.net

communique de presse

A PROPOS

point de contact

A propos de Point de Contact

Fondée en 1998, Point de Contact est une association loi 1901. Soutenue par la Commission européenne et par le Comité Interministériel de Lutte contre la Délinquance et la Radicalisation (CIPDR), l’association s’est rapidement imposée comme une référence auprès des autorités dans le traitement des signalements de contenus manifestement illicites en ligne. Point de Contact lutte contre les cyberviolences, y compris les violences sexuelles sur mineurs, la haine en ligne et les contenus à caractère terroriste sur Internet. Membre fondateur du réseau international de points de signalement INHOPE, Point de Contact œuvre aux côtés de ses partenaires à l’échelle européenne et mondiale pour le retrait de contenus d’exploitation sexuelle de mineurs. Enfin, Point de Contact s’investit pour la reconnaissance et la protection des professionnels exposés au quotidien aux contenus violents.Suivez l’actualité de Point de Contact sur Twitter, Facebook, Instagram ou LinkedIn.